Qui suis-je ?

Les chemins menant à la psychothérapie sont nombreux, qu’il s’agisse du patient ou du thérapeute. Je crois que le point commun se trouve dans ces événements de vie qui nous poussent aux limites de nous-mêmes, et nous guident sur une voie de transformation profonde.

De par mon histoire, j’ai très tôt été confrontée aux questions existentielles soulevées par la mort et la perte. Adolescente, c’est un accident de voiture où j’ai failli perdre la vie qui m’a amenée à faire une psychothérapie. Alors que je souffrais de TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs), j’ai découvert au travers de la relation psychothérapeutique que ma vie pouvait être différente, et surtout que j’en avais le choix.

J’ai trouvé en moi un potentiel de guérison et de créativité. J’ai à cœur de travailler avec les personnes que je reçois à découvrir leur propre puissance, leur façon d’incarner leur vie.

C’est grâce à mon expérience en tant que patiente et en tant que psychologue clinicienne, dans des cabinets pluridisciplinaires, au sein de l’Armée de Terre, et en milieu hospitalier en psychiatrie, que je crois aujourd’hui intimement en cette capacité innée chez chacun d’entre nous à évoluer, à devenir autonome et responsable de son épanouissement.

Je considère ma pratique comme « intégrative », c’est-à-dire que je puise dans mes formations et mes recherches, des outils divers et variés, afin de proposer un travail que je souhaite riche et dynamique.

L’accompagnement que je propose est ancré dans l’ici et maintenant, et repose sur la relation patient-thérapeute. Il s’axe autour de la parole mais aussi du vécu corporel, du ressenti, de ce qui existe au-delà des mots, afin de permettre au patient d’aller à la rencontre de qui il est vraiment, de ses valeurs et de ses rêves, de ses émotions et de ses besoins, d’apprendre à s’écouter, et à mettre son énergie au profit de ce en quoi il croit vraiment.